Pour ​jouer au ​turf ​, il faut maitriser les principes de base et être capable d’analyser les différentes courses et chevaux sur lesquels on va miser.

En règle générale, le turfiste débutant manque d’informations et se résigne donc à suivre des pronostics dévoilés sur les sites les plus connus et la presse ou de parier lui-même en choisissant un ou des chevaux qui sont parmi les favoris.

​Mais si vous apprenez les différentes règles du turf, vous pourrez jouer par vous-mêmes. Vous aurez ainsi plus de plaisir à jouer en ayant fait vos propres analyses.

Les termes techniques importants pour maitriser ses paris

Avant de commencer à parier, il est important de prendre connaissance des différentes termes techniques aux courses hippiques. Cela vous permettra en tant que débutants d’éviter de faire de grossières erreurs. Voici un rapide résumé des quatre principaux termes techniques à connaitre.

Le premier terme important et connu même des débutants est la cote.

C’est tout simplement le rapport de la mise par rapport à vos gains probable.

Un exemple simple : Si vous placez 10 euros sur un cheval qui a cote de 3 et que vous remportez le pari, vous allez tout simplement multiplier par 3 votre mise de départ. Soit 30 euros de gains bruts, ce qui vous fait un gain net de 20 euros.

Si la cote était de 1.5. Vous auriez gagné 15 euros de gains bruts, soit un gain net de 5 euros.

Le handicap. Dans les paris hippiques, un handicap est une méthode qui permet d’équilibrer les écarts de performances entre les différents chevaux. Par exemple, il est possible de rajouter du lest à un jockey plus léger que les autres afin d’avoir un poids équivalent entre tous les concurrents.

La musique. Dans les paris hippiques, la musique permet correspond tout simplement à l’historique des différentes statistiques d’un cheval. Cela nous permettra d’analyser une course en détail afin d’améliorer nos pronostics. Les différentes statistiques peuvent être la position d’un cheval lors d’une course par exemple rétrogradée ou disqualifiée ou bien encore le type de course : course de trots, d’obstacles, etc.

La réduction kilométrique. C’est le temps que met le cheval pour parcourir un km dans une course hippique. Par exemple une réduction kilométrique d’une minute 30 secondes et 8 dixièmes de seconde veut tout simplement dire que le cheval a parcouru la course à une moyenne d’une minute 30 et 8 dixièmes au kilomètre. Cela nous permettra de comparer la performance brute des différents chevaux et de miser en conséquence.

Voilà pour les termes basiques les plus importants

Nous allons donc maintenant voir quels sont les différents critères techniques à prendre en considération avant de placer notre pronostic.

L’une des principales qualités d’un turfiste ​ est l’expérience dans l’analyse complète d’une course.

Les grands favoris ne sont pas toujours les ​premiers à l'arrivée. Il est indispensable d’analyser la forme actuelle du cheval que vous ciblez, mais également la forme de tous les autres chevaux.

 Souvent, un outsider remporte la course, car il est en bonne forme à l’instant T, là où d’autres favoris peuvent être momentanément dans une forme inférieure. Il faudra donc être vigilant et très informé !

 Une vision globale des différentes statistiques et informations disponibles est donc indispensable pour g​jouer au turf. De très bons sites peuvent vous aider à récupérer toutes ses informations facilement.

Comment minimiser les risques lorsqu’on fait des pronostics hippiques ?

Comme expliqué précédemment, des bonnes connaissances des différents critères à prendre en compte vont considérablement améliorer votre expérience globale sur les pronostics hippiques.

Vous avez deux possibilités pour augmenter encore plus vos compétences dans ce domaine :

La première méthode est universelle, c’est évidemment la pratique.

Analyser et parier, encore et encore. Vous verrez qu’avec le temps certaines réponses vous viendront automatiquement sans vous en rendre compte et vous permettront d’affiner vos paris.


>